il avait repris sa place au milieu d’un silence glacial. ralph lauren Femme pas cher

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Gérard ; mais, à coup sûr, il ne croyait pas à la culpabilité de M. Sarranti.Cela n’empêcha point cet homme de faire croire aux autres ce que lui-même ne croyait pas.Il avait ramassé, dans un exorde emphatique, tous les lieux communs oratoires, toutes les phrases banales qui traînaient dans les journaux du temps contre les bonapartistes ; il avait fait un parallèle entre le roi Charles X et l’usurpateur ; enfin, il avait servi aux jurés tous ces hors-d’œuvre qui devaient aiguiser leur appétit à l’endroit de la pièce principale. – La pièce principale, c’était M. Sarranti, c’est-à-dire un de ces scélérats dont la création a horreur, un de ces monstres que la société repousse, un de ces criminels capables des plus noirs attentats, et dont la mort est réclamée comme un exemple par leurs contemporains, indignés de respirer le même air qu’eux !Il avait donc, sans prononcer le mot terrible, conclu à la peine de mort.Mais, en même temps, il faut le dire, il avait repris sa place au milieu d’un silence glacial. ralph lauren Femme pas cher
Ce silence de l’auditoire, réprobation évidente de la masse, dut laisser dans le cœur de l’avocat de l’honnête M. Gérard un douloureux sentiment de rage et de honte. Nul front ne lui sourit, nulle bouche ne le félicita, nulle main ne s’étendit vers sa main, et, le plaidoyer achevé, le vide s’était fait autour de lui.Il essuya son front baigné de sueur et attendit anxieusement le plaidoyer de son adversaire.Celui qui plaidait pour M. Sarranti était un jeune avocat appartenant au parti républicain ; il avait, depuis un an à peine, débuté dans la carrière du barreau, et son début avait brillé du plus vif éclat.C’était le fils d’un de nos savants les plus illustres : il se nommait Emmanuel Richard. polo ralph lauren Homme M. Sarranti avait été lié avec son père : le jeune homme, au nom de son père, était venu s’offrir ; M. Sarranti avait accepté. Le jeune homme se leva, déposa sa toque sur le banc, rejeta en arrière ses grands cheveux noirs, et, pâle d’émotion, commença.Un profond silence s’était établi dans l’auditoire du moment où l’on s’était aperçu qu’il allait commencer de parler.– Messieurs, dit-il en regardant les jurés en face, ne soyez point étonnés que mon premier mot soit un cri d’indignation et de douleur. Depuis le moment où j’ai vu poindre la monstrueuse accusation qui n’aboutira, je l’espère, qu’à un avortement, et à laquelle, en tout cas, M. Chemises Ralph Lauren
Sarranti me défend de répondre, je me contiens à grand-peine, et mon cœur, blessé, saigne et gémit profondément en dedans de moi-même.« J’assiste, en effet, à une chose terrible.« Un homme honorable et honoré, un vieux soldat dont le sang a coulé sur tous nos grands champs de bataille pour celui qui était à la fois son compatriote, son maître et son ami ; un homme dont jamais une pensée mauvaise n’a souillé le cœur, dont jamais une action honteuse n’a taché la main ; cet homme, venu ici le front haut afin de répondre à une de ces accusations qui parfois sont une gloire pour ceux qu’elles atteignent ; cet homme, qui vient vous dire : “J’ai joué ma tête à ce grand jeu des conspirations qui renverse les trônes, change les dynasties, bouleverse les empires ; j’ai perdu : prenez-la !” cet homme s’entend dire : “Taisez-vous ! vous n’êtes point un conspirateur ; vous êtes un voleur, vous êtes un ravisseur, vous êtes un assassin !”« Ah ! messieurs, il faut être bien fort, vous en conviendrez, pour rester la tête haute devant cette triple accusation. En effet, nous sommes fort ! car, à cette triple accusation, nous répondrons purement et simplement ceci : “Si nous étions ce que vous dites, l’homme aux yeux d’aigle et aux regards de flamme, qui savait si bien lire dans les cœurs, ne nous aurait pas serré la main, ne nous aurait pas appelé son ami, ne nous aurait pas dit : Va !…” »– Pardon, maître Emmanuel Richard, dit le président ; mais de quel homme parlez-vous donc ainsi ?– Je parle de Sa Majesté Napoléon Ier, sacré en 1804, à Paris, empereur des Français ; couronné en 1805, à Milan, roi d’Italie, et mort prisonnier à Sainte-Hélène, le 5 mai 1821, répondit à haute et intelligible voix le jeune avocat.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »